facebook_dark Twitter youtube_dark

Exposition de fin de formation 3 mois

L’exposition réalisée par les 8 stagiaires de la formation « Le breton couramment! » (Ober gant ar brezhoneg) sera visible durant quelques jours au Centre culturel breton du Pays de Guingamp (Ti ar Vro Gwengamp).

Ouvert à tous et gratuit !

Ci-dessous un article du Télégramme :

Stumdi. Une exposition de fin de formation

Diskouezadeg-Ober-Stumdi centre de formation en langue bretonne
Mercredi, les huit stagiaires de la formation Ober ont achevé trois mois de travail par le vernissage de leur exposition en compagnie de leurs formateurs.
La formation « Ober », proposée par Stumdi (Centre de formations pour apprendre la langue bretonne), a pris fin mercredi. Parrainée par le chanteur Krismenn, cette session fut l’occasion pour huit femmes d’une quarantaine d’années en moyenne d’approfondir leurs connaissances de la langue bretonne. Grâce à 399 heures de travail réparties en trois mois. « Ober, ça veut dire faire. Et le principe, c’est de faire les choses en breton tout en oubliant la langue dans laquelle on parle », confie Nolwenn Guiziou, responsable de la formation Ober. Et ce, en vue de l’employer le plus naturellement possible.
« Une semaine en immersion dans le Finistère »
Si la plupart des stagiaires se dirigent vers des projets artistique ou professionnel, notamment au sein de l’enseignement, « il y avait un thème par semaine et une façon différente de travailler chaque jour ». Ainsi, chacun a enrichi son vocabulaire par la lecture, l’écriture ou la création artistique. Mais aussi par l’intermédiaire « d’une semaine en immersion, à Saint-Cadou, dans le Finistère », souligne Pascale Berthou, responsable du service pédagogique de Stumdi. Un séjour notamment rythmé par des visites, de la cuisine ou des veillées exclusivement en breton. Bref, Une une formation ponctuée par le vernissage de l’exposition réalisée par les stagiaires, à Ti ar Vro. « On y trouve du tissage, du tricot, de la gravure, de la photo ou encore de la teinture sur tissu », détaille Nolwenn Guiziou. Le fruit de trois mois d’ateliers en breton.